Sidi Fredj : un village revit grâce au huile de figue de Barbarie !

Des agriculteurs à Sidi Fredj, en Algérie, se réjouissent : le figuier de Barbarie a ranimé cette commune autrefois pauvre où beaucoup rêvaient d’émigration.

L’huile de figue de Barbarie est célèbre pour ses propriétés anti-âges grâce à sa concentration en vitamine E, plus élevée par rapport aux autres huiles.

Mon avenir est ici, rien ne sert d’aller à l’étranger”, sourit Fethi Gueldasmi, agriculteur à Sidi Fredj en Algérie. Le figuier de Barbarie a ranimé cette commune autrefois pauvre où beaucoup rêvaient d’émigration.

Originaire du Mexique, le cactus Opuntia ficus-indica s’est répandu sur le pourtour méditerranéen après la découverte des Amériques au XVe siècle. Avec ses grands rameaux aplatis appelés “raquettes”, il fait partie du paysage aride des campagnes algériennes, à l’état sauvage ou planté comme haie naturelle.

La cosmétique et de nouveaux débouchés alimentaires ont dopé cette production ces dernières années, alors qu’il était jusque-là cultivé surtout pour son fruit à la chair goûteuse et sucrée – rapportant à peine de quoi vivre, avec des figues vendues 10 dinars pièce (7 centimes d’euro).

L’industrie cosmétique et les magazines de mode européens et américains vantent les propriétés antirides de l’huile de figue de Barbarie, tirée des pépins, et des études scientifiques ont aussi révélé les multiples vertus nutritionnelles et médicinales de cette plante. Les fleurs, riches notamment en vitamine C, calcium et magnésium, se consomment en tisanes. Et la pulpe du fruit sert pour des confitures, des jus ou du vinaigre.

A l’exception des épines dont on ne tire rien, la plante peut ainsi être entièrement utilisée et valorisée.

Partagez l'article

Commentaires

Ajouter un commentaire

mood_bad
  • Aucun commentaire pour l'instant.
  • chat
    Ajouter un commentaire
    keyboard_arrow_up